Cœur et les peurs…

Couv coeur et les peurs

DES LIVRES POUR RÉFLÉCHIR AVEC NOS ENFANTS SUR LE SENS DE LA VIE

Et si nous aidions nos jeunes enfants à apprivoiser leurs peurs ?

Petits et grands, vous êtes nombreux à être séduits par mon petit personnage : Cœur… et à apprécier la lecture de mon livre-outil : « Cœur et les émotions » !

Un grand merci pour vos retours positifs…

Coeur couv

 

Comme je l’énonçais dans mon article de présentation de cet ouvrage sur les émotions (pour ceux et celles qui ne l’ont pas lu, voici le lien : http://isabelle-le-tarnec.fr/coeur-et-les-emotions/),

d’autres titres étaient déjà en préparation, ma fille de quatre ans, Jeanne, étant ma principale source d’inspiration pour cette collection, destinée aux enfants âgés de 2 à 6 ans.

J’ai donc la joie de vous proposer un livre pour aborder les peurs avec nos jeunes enfants…

J’ai pensé ce livre comme un outil à l’usage des jeunes enfants pour les aider peu à peu à apprivoiser leurs peurs…  

Pourquoi ce thème ?

♥ Parce qu’à cet âge-là, les enfants sont traversés par des peurs d’origines très différentes qui apparaissent ou disparaissent en fonction de leur développement et il est très important d’en parler avec eux, comme pour les autres émotions en général…

Voici un court extrait du livre de A.Faber et E.Mazlish « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent », qui résume bien cette nécessité de parler avec nos enfants de toutes les émotions négatives ou positives qui les traversent, de leurs sentiments :  

20160626_153251

N’oublions pas que les enfants sont des personnes (!) et qu’il est bon pour eux de comprendre ce qu’ils ressentent et nous sommes là, parents ou éducateurs, pour les accompagner dans ce travail de « reconnaissance », de « déchiffrage » ou de « décodage »… Nous sommes là en quelque sorte pour « valider » leurs émotions, en les acceptant et en les respectant… 

♥ Parce que durant plusieurs semaines, tous les soirs au coucher, Jeanne avait besoin de me parler de ses peurs avant de s’endormir. C’est elle-même qui avait initié ce rituel et je sentais que ce petit « tête-à-tête », juste avant la séparation de la nuit, était important pour elle…

Elle avait besoin que je l’entende, que je l’écoute, que je reconnaisse ses peurs, que je les nomme, que je les accueille, que je les respecte, que je les reçoive, et que je la comprenne, que je l’aide à mettre des mots, que je la rassure…

Je sentais que Jeanne avait besoin d’une écoute empathique et bienveillante, d’une oreille attentive, afin de lui permettre peu à peu d’apprivoiser ses peurs, de les affronter, pour les dépasser…

Concernant les émotions, je rappelle juste que selon Paul EKMAN, célèbre psychologue américain du XXᵉ siècle, l’un des pionniers dans l’étude des émotions (dans leurs relations aux expressions faciales), il existe six émotions de base, dites primaires : la tristesse, la joie, la colère, la peur, le dégoût, la surprise.

Voici un extrait du livre de Catherine Gueguen, Pour une enfance heureuse. Repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau » p 128 et 129 sur nos réactions liées à cette émotion de la peur :  

20160626_145726

20160628_093726

Mes intentions d’écriture :

J’ai eu l’idée d’un petit livre qui servirait de support aux jeunes enfants pour : 

  • dans un premier temps, s’approcher doucement de leurs peurs comme d’un personnage qui vit, qui a sa propre existence et à qui il arrive quelque chose… 
  • s’approcher de leurs peurs dans le but de mieux les identifier, les reconnaître,
  • s’approcher pour mieux les regarder,
  • et dans un second temps, ce temps d’approche leur permettrait peu à peu de mettre à distance les sources de peurs,
  • afin de se familiariser avec elles, les apprivoiser,  pour les dépasser

Grâce au pouvoir de l’imaginaire (et ça, j’y crois fortement à ce pouvoir !!!!), et à l’humour (formidable ingrédient également !), je souhaitais proposer à mes petits lecteurs des mises en scène qui les rendent « acteurs » !

Les mettre en action, leur donner le pouvoir d’agir sur leurs peurs, en leur demandant de l’aide, une contribution, en leur donnant des petites responsabilités !

1- Coeur et les peurs article blog

J’ai voulu créer de fortes interactions entre : 

  • mon personnage Cœur très « attachant » (les retours chaleureux le confirment ! Les réactions de Jeanne aussi ! ),
  • les propres sources de peur de Jeanne… et de Cœur, dans lesquelles il sera facile au jeune public de s’identifier…
  • et les petits lecteurs !
  • afin de rendre la lecture active et dynamique
  • et de favoriser une « proximité émotionnelle » entre les petits lecteurs, Cœur et les différentes sources de peur ! J’ai ainsi « interpellé » l’enfant qui est en train de lire cet ouvrage avec ses parents, en lui attribuant un « petit surnom affectueux » : »mon petit lecteur » ! Je l’ai bien évidemment mis au masculin pour sa valeur générique (Rien de sexiste bien évidemment : ce livre est destiné aux garçons ET aux filles !) et il est facile pour le parent qui le souhaite de féminiser si besoin le texte, en transformant mon petit lecteur par ma petite lectrice ! Mon mari l’a fait spontanément à la première lecture du livre à Jeanne ! 

Enfin, j’ai associé à chaque source de peur une émotion, afin de contribuer à la personnification de la peur en elle-même ! Afin d’humaniser les peurs en quelque sorte pour créer chez le petit lecteur de l’empathie, de la compassion, de la compréhension et une prise de recul face à ses propres peurs !

J’ai dû faire une « sélection » des peurs les plus fréquentes, peut-être qu’un autre livre sur les peurs naîtra… J’ai donc choisi avec Jeanne :

  • L’orage pour la peur des bruits forts ou inconnus qui peuvent terroriser nos bambins :

2- Coeur et les peurs - Copie3- Coeur et les peurs - Copie (2)

Donner une émotion à un nuage qui gronde peut alors permettre à l’enfant de se distancier de cette peur de l’orage… Et le jour où il y aura véritablement de l’orage, l’enfant pourra mentalement se rappeler l’illustration de ce petit livre (ou le parent pourra l’y aider !) et souhaiter même que la pluie arrive, afin que le petit nuage se sente soulagé…

Si nous expliquons à nos enfants, avec des mots simples, ce qui les entoure (leur environnement proche), ils comprendront mieux les choses et leurs craintes diminueront… 

Cela me rappelle d’ailleurs un de mes contes éducatifs pour les 5/8 ans : « Il était une fois Militou, la petite tortue qui avait peur de tout… «  Je donne la parole à Militou :

« — Mais petit escargot, tu crois que bientôt je n’aurais plus peur ?

— Petite tortue, tu garderas encore quelques peurs dans ton cœur et c’est normal. Puis, plus tu vas grandir dans ta tête et plus tu vas réussir à les combattre ces peurs. Il faut juste que tu comprennes leurs origines pour ensuite mieux les affronter… »

Couverture Militou createspace.docx

  • Le fantôme, la sorcière, le monstre ou le dragon pour les peurs imaginaires : 

J’ai voulu aider le petit lecteur à faire la différence entre ce qui est de l’ordre du réel et de l’imaginaire, en sachant que l’un des rôles parentaux au quotidien est de préciser à l’enfant ce qui fait partie des choses qui existent dans le réel ou dans l’imaginaire.

Jeanne est maintenant à l’aise pour me dire, lorsqu’elle joue ou me raconte une histoire : « C’est pour de faux, maman ! C’est imaginaire !  » ou alors, lorsqu’elle me raconte un événement qui s’est passé à l’école : « C’est pour de vrai, maman ! J’te jure ! »

Pour mon fantôme, des indices (mais je ne vous dirai pas lesquels ! Ah ! Ah ! Surprise !!!!) apparaissent sous les yeux des enfants pour leur montrer qu’un fantôme n’existe pas ! (Entre nous, Jeanne les a vus tout de suite ! )

  • Des animaux ou insectes comme l’araignée, le lion, le loup ou le dinosaure :

Comme vous le savez, nous pratiquons beaucoup l’humour à la maison et cet ingrédient m’a beaucoup servi dans ce livre ! Je n’en dis pas plus…

Pour résumer, je souhaite continuer de sensibiliser le jeune enfant au monde coloré des émotions !

Les réactions de Jeanne : 

Jeanne a été totalement conquise par ce nouveau titre (je vous avoue même : au-delà de mes espérances !) Sa participation a été très active, voire très très active !!!! Je ne vous en dis pas plus, afin de préserver le mystère… Elle a réagi à chaque mise en scène et a ainsi aidé notre petit personnage Cœur à avoir moins peur…

Très enthousiaste, elle a présenté ce nouveau livre à son frère et à sa sœur, âgés de neuf ans ! Ce fut un moment très riche en complicité, puisqu’à l’unisson, ils ont tous les trois réagi aux demandes de l’auteure ( Euh ! C’est-à-dire à « mes » demandes pour aider Cœur !!!! )    

Les mots-clés de ce livre « Cœur et les peurs » :

enfants, peurs, émotions, pouvoir de l’imaginaire, lecture active, dédramatisation, mise à distance, images positives, humour, communication, éducation bienveillante, parents, outil, socialisation, réassurance affective, valeurs, empathie,  famille, amour, amitié.

 

Je vous souhaite une bonne lecture avec vos loulous !

Merci de votre intérêt

Je vous dis à bientôt

Isabelle LE TARNEC

Pour me suivre sur facebook : https://www.facebook.com/isabelle.le.tarnec?ref=hl

Pour me suivre sur twitter : https://twitter.com/IsaLeTarnec

Pour me suivre sur Google+ : https://plus.google.com/collection/EYaIx

Si vous souhaitez découvrir la liste de tous mes livres édités, c’est par ici :

http://isabelle-le-tarnec.fr/les-livres/

En tant qu’auteure, toute reproduction, même partielle, de mes livres est formellement interdite sans mon accord, en référence au Code de la propriété intellectuelle.
Tous droits réservés pour tous pays.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=639A363B0E5AB9BC9024E9A6E1B4D144.tpdila12v_2?idSectionTA=LEGISCTA000006161634&cidTexte=LEGITEXT000006069414&dateTexte=20150909

 

 

One Response so far.

  1. Kaoutar dit :

    Çe livre et mon deuxième après ‘ je veux des chocolats’ , mon fils le réclame tous les jours depuis son achat, le premier jour je l’ai lu 4 fois, cependant personnellement je n’ai pas adhéré et j’avoue j’espère meme qu’il va l’oublier un bout de temps, pourquoi? Simplement par ce que mon fils ne connaît pas les sorcières, n’a jamais entendu que le loup mange les enfants ou que l’araignée fait peur, du coup j’ai l’impression que plutôt que d’accompagner ses peurs naturels ( du noir par ex) je lui en crée d’autre inutilement, il m’a posé la question plusieurs fois :’le loup mange les enfants?j’irai pas au zoo le voir alors je veux pas qu’il me mange’, dans mon cas j’ai créé l’effet inverse, ceci dit j’apprécie encore une fois l’écoute dès peur pas les verbaliser et les transformer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *